Le travail flexible devient la norme

Une étude de Manpower a récemment révélé que le marché du travail Lux n’a presque jamais été aussi étroit. Plus que jamais, les entreprises doivent mettre tout en œuvre pour fidéliser leurs travailleurs actuels et attirer de nouveaux talents. Mais comment s’y prendre en tant qu’entreprise ?

Outre une bonne rémunération, investir dans le bien-être et l'équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle des travailleurs est une nécessité absolue. Cet investissement ne procure pas uniquement un avantage important dans la Guerre des talents mais permet également de réduire l’absentéisme pour cause de maladie, d’augmenter la productivité et de renforcer l’implication des travailleurs. Un bon équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle est très important, d’autant plus pour la nouvelle génération de travailleurs. De plus en plus de Luxembourgeois ne veulent plus perdre quotidiennement un temps précieux dans les embouteillages, avec la frustration que cela engendre, Pourquoi travailleraient-ils encore de 9h à 17h au bureau alors qu’ils pourraient travailler quasiment partout et à tout moment grâce à la technologie moderne ?

Seul le rendement compte

Il semblerait que le monde de l’entreprise ait doucement compris le message. Le Global Talent Trends 2019 Report révèle ainsi que le nombre d’emplois vacants via LinkedIn mentionnant le terme « flexibilité » a augmenté l’an dernier de pas moins de 78 %. Le travail flexible n’est plus seulement un terme à la mode mais est de plus en plus souvent adopté par les entreprises. Une étude récente de Protime et SD Worx[1] a révélé que pas moins de 76 % des entreprises Luxembourgeoises autorisent une ou plusieurs formes de travail sans contrainte de temps et de lieu à leur personnel ou à certains groupes de collaborateurs. Le flexitime est le plus populaire (66 %). Par « flexitime », on entend notamment les horaires flottants qui permettent aux travailleurs de choisir eux-mêmes l’heure de début et de fin de leurs prestations. Dans une autre forme de flexitime, les travailleurs peuvent cesser le travail plus tôt pour pouvoir aller chercher leurs enfants à l’école avant de le reprendre lorsque leurs enfants sont couchés. Le télétravail, par exemple à la maison ou dans un espace de coworking, est maintenant autorisé par 45 % des entreprises. 

Nous lisons de plus en plus de messages sur des entreprises qui autorisent leurs travailleurs à prendre autant de congés qu’ils veulent. Le raisonnement est à chaque fois le même : les employeurs ont compris que seul le rendement compte et non les heures passées au bureau. L’employeur qui laisse la liberté à son travailleur de choisir quand et où travailler attirera certainement de nombreux candidats et évitera que des talents quittent l’entreprise.

Technologie et confiance

Cette « révolution au travail » a été grandement facilitée par la technologie moderne. Mais ce n’est pas tout ; développer une culture d’entreprise ouverte et accorder sa confiance aux travailleurs sont nécessaires pour faire du travail sans contrainte de temps et de lieu une réussite. Les outils en ligne visant à enregistrer le temps de travail et les présences aident déjà 2 entreprises Luxembourgeoises sur 3 à organiser le travail flexible pour leurs travailleurs. Il ne s’agit pas uniquement de systèmes qui enregistrent quand une personne travaille mais également d’outils modernes qui associent l’enregistrement du temps à la productivité. Les prestations d’un travailleur sont enregistrées, ce qui lui permet de bénéficier d'une plus grande autonomie pour planifier lui-même son travail et par conséquent d’avoir un meilleur contrôle sur le temps qu’il y consacre.

Grâce au développement de formes de travail flexible, la pointeuse moderne deviendra encore plus importante à l’avenir. Ainsi, la gestion prévisionnelle du personnel peut être adaptée en temps utile si la charge de travail est trop élevée. En effet, un épuisement professionnel peut arriver si plus personne ne surveille la quantité de travail que vous accomplissez.