La mobilité au Luxembourg, une question de gestion des temps

La mobilité est un véritable casse-tête pour de nombreux pays, mais tout particulièrement pour le Luxembourg. L’attractivité du Grand-Duché en termes d’emploi est telle, que de nombreux collaborateurs provenant des pays limitrophes traversent tous les jours la frontière pour se rendre au travail. Les conséquences et impacts sur la mobilité sont donc inévitables. Parmi les solutions à mettre en place pour pallier ce problème, l’une des plus efficaces, selon nous, concerne la gestion des temps.

Les défis de la mobilité au Luxembourg

Des infrastructures sollicitées à l’excès et un impact économique important

Au Luxembourg, outre les Luxembourgeois, beaucoup de travailleurs proviennent d’Allemagne, de France et de Belgique. Aujourd’hui, pour se rendre au travail, la plupart d’entre eux utilisent la voiture. On estime, en effet, que près de 100.000 Français, 46.000 Allemands et 45.000 Belges traversent chaque jour la frontière luxembourgeoise. Les impacts sur la mobilité sont inéluctables :

  • Les travailleurs partent de chez eux, généralement entre 6h et 7h du matin pour être à l’heure au bureau et restent souvent coincés dans les bouchons, ce qui est une perte à la fois de temps et de productivité. Au total, ils passeraient près de 153 heures/an dans les bouchons, soit 6 jours par an.
  • Et ces bouchons représentent une perte économique énorme pour le Luxembourg, impactant ainsi le PIB du pays. Ce sont, en effet, des millions d’euros qui sont perdus.

En d’autres termes, les infrastructures actuelles ne suffisent plus pour absorber le trafic et ne suffiront toujours pas dans les années à venir. Un problème urgent, qui nécessite donc des solutions urgentes également.

Luxembourg, terre de la flexibilité au travail

Lorsqu’on parle de mobilité, on pense généralement aux différents moyens de transport, qu’ils soient individuels (voitures, motos, vélos, trottinettes…), collectifs (taxis, métros, trains, bus…), partagés (co-voiturage) ou même futuristes (drones, voitures autonomes…). Pourtant, elle repose également sur des outils (les téléphones, Internet, les emails…), sur des lieux (chez soi, au bureau, dans un open space…) et des personnes.

En effet, les collaborateurs sont demandeurs de plus de flexibilité pour pallier ce manque de mobilité. Mais autoriser des alternatives comme le télétravail n’est pas seulement une affaire de connexion à distance. Qu’en est-il du suivi des travailleurs frontaliers et de la fiscalité à laquelle ils sont soumis ? Comment s’assurer du bon suivi des objectifs de son équipe lorsqu’on gère des collaborateurs qui travaillent en mode flexible ?

Plus que la distance, la mobilité, est donc liée à la gestion des temps et du personnel.

Voilà pourquoi de plus en plus de lois voient le jour au Luxembourg pour répondre à cette problématique de la mobilité et à la demande de flexibilité. Outre les conventions de télétravail propres à chaque pays limitrophe (les Français ont droit à 29 jours de télétravail par an, les Belges 24 et les Allemands 19), c’est surtout la question de la flexibilité au travail et de la gestion des temps qui prend de l’importance à travers trois grandes lois :

  • L’horaire mobile (1999), qui permet de différer ses heures d’arrivée et de sortie
  • La flexibilité de travail (2016)
  • Et surtout, le compte épargne temps, une nouvelle loi toute récente qui permet au collaborateur d’épargner 1800 heures de congés rémunérés tout au long de sa carrière

 

De la gestion de la mobilité à la gestion des temps : la solution Protime

Dans ce contexte favorisant la flexibilité par l’aménagement des horaires et la mise en place de compteurs pour calculer les temps prestés, les entreprises ont plus que jamais besoin d’automatiser certains de leurs processus RH. Les solutions logicielles de gestion du temps et de la flexibilité présentent de nombreux avantages ! Lorsque les portails collaborateurs associent gestion des prestations et des absences au suivi des objectifs et de projets, la gestion des temps devient un outil puissant ! La gestion flexible du travail participe alors à la génération du bien-être, en renforçant l’esprit d’équipe, l’autonomie, la confiance, la vision, la sécurité et l’équilibre. Elle encourage également le sentiment de reconnaissance, d’estime et de fierté et renforce ainsi l’engagement des collaborateurs.

C’est ainsi que la gestion du personnel dans des solutions complètes comme notre suite myProtime, parvient à augmenter la performance de l’entreprise en mettant en place une organisation du travail reposant sur la transparence, la confiance, l’autonomie, la personnalisation, l’implication, la simplicité et la facilité. Mieux encore, notre solution permet de faciliter le suivi et le reporting, tout en gérant également l’avancement des tâches et des objectifs de chacun des collaborateurs.

Le mot de la fin

Bien plus qu’une simple question de distance, la mobilité au Luxembourg a pris un tout nouveau tournant : celui de la gestion des collaborateurs et de leur temps. En rendant le travail davantage flexible, le Luxembourg trouve une solution efficace aux limites de leurs infrastructures et permet d’alléger ces dernières en réduisant, notamment, le temps perdu dans les bouchons. Et les atouts d’une telle culture sont indéniables également pour les entreprises : la flexibilité au travail, en effet, participe tant au bien-être des employés, qu’à la performance de l’organisation.